Imprimer
PDF

Méditerranées - Les colloques

Les colloques. Ils doivent permettre les rencontres, les échanges d'idées et les confrontations de points de vue autour de la problématique que nous définissons ci-après.

L'objectif de Méditerranées est de favoriser le dialogue entre chrétiens, musulmans, juifs et athées autour d'un thème : l'héritage de la romanité.

Le mot "romanité" doit ici être compris dans un sens très large. Nous sommes en effet partis du constat d'évidence qu'à un moment de l'histoire, la Méditerranée a été unie au sein d'un ensemble politique : l'Empire romain. De cette présence romaine, toutes les civilisations ultérieures vivant sur les rives de l'ancien mare nostrum, ont conservé un héritage qu'elles revendiquent plus ou moins. Nous voudrions amener chacun à prendre la mesure de ce legs.

Toutefois notre tournure d'esprit ne consiste pas à rendre un culte exclusif à Rome. Bien au contraire nous reconnaissons que la civilisation romaine a souvent repris à son compte des réalités qui lui étaient antérieures. Ainsi la Grèce antique bien sûr, mais aussi l'Egypte ancienne, les royaumes hittite ou israëlien, les civilisations cunéiformes... entrent dans notre domaine de recherche.

Enfin, largement relayée par l'existence de l'Empire romain, qui a créé des conditions de circulation et des habitudes d'échange, est née une culture méditerranéenne, dont les récentes initiatives en matière politique et économique démontrent toute l'actualité. C'est pourquoi nous considérons que les constructions culturelles postérieures à l'Empire romain entrent également dans notre champ d'activité.

Depuis qu'elle organise des colloques, l'association "Méditerranées" a tenu à se rendre dans des lieux symboliques de ses activités. Les rencontres de Nanterre (1992, 1993, 1996) ont été ainsi voulues parce que l'association est née à l'Université de Paris X. La rencontre de Tunis (1994) permettait de se rendre dans un pays arabe musulman et ainsi de faire participer nos collègues de la rive sud de la Méditerranée à nos recherches et de les inviter à se pencher sur leur histoire pour y découvrir l'héritage légué par la romanité. La rencontre de Bar-Ilan (1997) aurait dû viser le même but avec nos collègues de l'Etat hébreu ; malheureusement le climat politique international n'a pas permis d'organiser ce colloque. La rencontre d'Aix-en-Provence (1998), simple journée d'études, a été située dans l'ancienne "Provincia" romaine en Gaule. La rencontre de Komotini (1999) s'est tenue dans une région de l'ancien Empire romain d'Orient.

La rencontre de Malte (2000) s'est déroulée dans une terre centrale de Méditerranée, successivement occupée par des peuples divers, enjeu des luttes d'influence méditerranéennes entre les grandes puissances. Le colloque de 2001 s'est tenu dans le département de Charente-Maritime, qui regroupe deux grands types de provinces dans l’histoire de notre droit : l’Aunis (province la plus méridionale des pays de coutume le long de la façade atlantique) et la Saintonge (province la plus septentrionale des pays de droit écrit le long de la façade atlantique), car étudier les prolongements de la romanité à La Rochelle convenait parfaitement à une la région frontière qui abrite le siège du CEIR.

En 2003, nous avons retenu, pour le symbole qu'elle représente, la Bibliothèque d'Alexandrie pour notre rencontre  intitulée : "Responsabilité et Antiquité".

En 2007, "Méditerranées" décide de sortir de la Méditerranée pour tenir son colloque à Montréal. Le thème retenu ("Personne et res publica) a permis de confronter deux manières de penser, celles de l'Ancien et du Nouveau Monde, sur une notion typiquement issue de la romanité.

En 2009, le premier d'une série de colloques qui auront en fil directeur le droit maritime dans ses rapports avec l'Antiquité s'est tenu à La Rochelle, sous le titre : "Navires et gens de mer".

En 2010, le colloque "généraliste" de "Méditerranées" s'est tenu à Bari sur la notion de laïcité. La rencontre suivante s'est faite à La Rochelle en 2012 autour du thème : "Droit international (droit commercial et droit maritime)

Subissant les conséquences de l’instabilité de la politique méditerranéenne, nous avons dû, en 2013, renoncer à tenir nos travaux à Alexandrie, et La Rochelle nous a accueillis pour que puisse avoir lieu notre rencontre.

Pour permettre, concrètement, une réflexion cohérente que l'ambition des buts poursuivis risquerait de mettre en péril si nous n'étions pas vigilants, nous déterminons pour chaque colloque ou journée d'études un sujet à la fois précis mais également suffisamment ouvert pour autoriser les comparaisons. Ainsi les différents thèmes ont-ils été, ou seront-ils :

  • Permanences de l'Antiquité ? (1992 - Paris X).
  • Tyrannicide, régicide et Antiquité (1993 - Paris X).
  • Empires et passés méditerranéens (1994 - Tunis).
  • La citoyenneté : modèles antiques, réalités contemporaines (1995 - Sassari).
  • Individu et Pouvoir (1996 - Paris X).
  • Religion et vie publique (1997 - Bar Ilan - colloque annulé).
  • Grèce, Méditerranée et Antiquité (1998 - Aix-en-Provence).
  • Cosmopolitisme et Antiquité (1999 - Komotini).
  • Guerre, Paix et Antiquité (2000 - Malte)
  • Commerce et Antiquité (2001 - La Rochelle)
  • Responsabilité et Antiquité (2003 - Alexandrie)
  • Personne et res publica (2007 - Montréal)
  • Navires et gens de mer, (2009 - La Rochelle)
  • Laïcité (2010 - Bari)
  • Droit international (droit commercial et droit maritime) (2012 – La Rochelle)
  • Droit international et Antiquité : les aspects politiques (Mutations et recompositions de l’espace méditerranéen) (2013 – Alexandrie/La Rochelle)

Les 22 et 23 octobre 2015 s’est tenu à la faculté de droit de La Rochelle, un colloque en hommage à Madame le Professeur Marie-Luce Pavia qui a eu pour titre : "L'homme méditerranéen face à son destin. Aspects juridiques, politiques, théologiques" avec le programme suivant:

Jeudi 22 octobre : Théorie juridique

 

  • 8h.30 : accueil des participants
  • 9h. : allocutions de bienvenue par des représentants de l’université de La Rochelle, de Montpellier et de JSF)
  • 9h.30 - Alexandre Viala (professeur de droit public -  Université de Montpellier I, directeur du CERCOP) : « D'Athènes à Jérusalem : le saut qualitatif de la pensée juridique occidentale »
  • 10h. - Giovanni Lobrano (directeur du département de Sciences juridiques – Université de Sassari) : « Libertas in legibus consistit »
  • 10h.30 - José María García Marín (professeur d’histoire du droit – Université de Séville) « Poder y Religión en el destino histórico de Castilla : los siglos clave »
  • 11h. : discussion
  • 12h. : déjeuner
  • 13h.30 - Paolo Alvazzi del Frate (professeur d’histoire du droit – Université de Roma Tre) : « Application sans interprétation. Beccaria et l’interprétation de la loi »
  • 14h. - Eric Sales (maître de conférences de droit public – Université de Montpellier I) : « Les droits de l’Homme et la Turquie »
  • 14h.30 - Anne d’Hauteville (professeur émérite de droit pénal – Université de Montpellier I) : « Autour du crime contre l’humanité »
  • 15h. - Annie Lamboley (professeur de droit privé – Université de Montpellier I) : « La recherche sur l'embryon et les cellules souches embryonnaires. Approche du juriste »
  • * amphi 1 : 15h.30 : discussion et pause
  • * amphi 2 : conférences grand public
  • 15h.30 - Valérie Pavia (sa fille) : « Enquête sur l’identité du Jésus de l’histoire »
  • 16h. - Jean-Louis Gazzaniga (professeur honoraire d’histoire du droit – Université de Toulouse I - ecclésiastique) et Philippe Sturmel (maître de conférences HDR d’histoire du droit – Université de La Rochelle) : « L’homme méditerranéen en quête d’eau »
  • 16h.30 - Despina Sinou (enseignante contractuelle de droit public – Université de La Rochelle) : « Réflexions sur l’identité de genre dans l’espace euro-méditerranéen : aspects de droits fondamentaux »
  • 17h. - Dominique Rousseau (professeur de droit public – Université de Paris I) : « L’idée de mesure dans la pensée de Camus »
  • 17h.30 : échanges avec le public

 

Vendredi 23 octobre : Application de la norme

 

  • 9h. - Sophie Lafont (professeur d’histoire du droit – Université de Paris II Panthéon-Assas) : « Droits successoraux féminins et stratégies familiales en Mésopotamie »
  • 9h.30 - Ivan Biliarsky (professeur d’histoire du droit – Université de Varna) : « Mariage, divorce et conversion à Avlona au XVIe siècle : une femme séfarade belle et forte face à son destin »
  • 10h. : discussion et pause
  • 10h.30 - Laurent Hecketsweiler (maître de conférences d’histoire du droit – Université de Montpellier I) : « La latinité du droit en Méditerranée. Aspects anciens et modernes »
  • 11h. - Jean-Marie Demaldent (professeur émérite de Sciences politiques – Université de Paris Ouest La Défense) : « Les problèmes du passage à l'Etat nation dans les pays issus de l'ex Empire Ottoman »
  • 11h.30 : discussion
  • 12h. : déjeuner
  • 13h.30 - Guillaume Merland (maître de conférences de droit public - Université de Montpellier I) : « La réforme territoriale et son application dans la région Languedoc-Roussillon »
  • 14h. - Jérôme Favre (chargé d'enseignement en droit public - Université de Montpellier I) : « Un oxymore éclairant : le coup d'Etat démocratique. Le cas de la destitution du Président égyptien Mohammed Morsi »
  • 14h.30 - François-Xavier Morisset (maître de conférences de droit privé – Université de La Rochelle) : « Les conflits de cultures en droit international privé devant la Cour de cassation : quel destin pour les systèmes juridiques des pays musulmans ? »
  • * amphi 1 : 15h. : discussion et pause
  • * amphi 2 : conférences grand public
  • 15h. - Michel Clapié (professeur de droit public - Université de Montpellier I) : « Les chrétiens de Méditerranée orientale face au djihadisme radical. Les défis moraux d'une légitime défense par la force militaire ».
  • 15h.30 - Olivier Debat (professeur de droit privé – Université de Toulouse I) : « L’homme méditerranéen, entre pluralisme culturel et unité de valeurs »
  • 16h. - Magalie Flores-Lonjou (maître de conférences de droit public – Université de La Rochelle) : « Autour de Kuma/Une seconde femme d'Umut Dag (Autriche, 2012) »
  • 16h.30 - Jacques Bouineau (professeur d’histoire du droit – Université de La Rochelle, président de « Méditerranées », directeur du CEIR) : « De l’homme total à l’homme éclaté »
  • 17h. - Michel Levinet : « Conversations avec Marie-Luce sur la liberté »
  • 17h.30 : échanges avec le public